Standards de beauté : éduquer nos enfants autrement

Regardez ce que cette mère de famille fait avec ces poupées, et vous en voudrez une !

Dans cette vidéo, cette femme récupère des poupées sur-maquillées (des poupées normales quoi), et reprend leur look à zéro.

Un retour à la réalité qui rend ces petits produits sublimes, et permet à nos enfants de ne plus se comparer avec des « standards de beauté » hallucinants et qui tendent à créer des sentiments de frustration et de rejet chez les jeunes filles.

 

Ce seul mot fait (vraiment) du bien

[clear]

Bonjour !

j’ai récemment publié sur ma chaine Youtube une nouvelle vidéo complètement improvisée.

J’ai eu au téléphone l’employée d’une entreprise grenobloise, et après avoir raccroché, j’ai ressenti quelque chose de très particulier. Un peu comme si une simple idée, une simple intention, quelques mots sincères avaient eu un effet boomerang.

Développement personnel ou éveil spirituel ?

Cette phrase de Gandhi n’a jamais eu autant de poids et n’a jamais été aussi réelle.

En un instant, toutes les techniques de coaching et de développement personnel que j’ai pu utiliser ou découvrir avaient cédé la place à un simple concept d’éveil spirituel :

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »
-Gandhi

Et en même temps, cette chose si simple avait tellement de potentiel et de profondeur, que j’ai voulu partager cette expérience avec toi.

Qu’en penses-tu ? 

As-tu l’impression de toujours dire « Merci » et « Bravo » lorsque tu le penses ?

Est-ce que toi aussi tu trouves que c’est un beau cadeau à faire ?

Méditer, prier, savons-nous vraiment faire ?

La prière et la méditation sont les formes de pratiques les plus courantes. De tout temps, les religions et autres formes de pensées ont incité à cette action sans mouvement, à cette introspection tournée vers l’extérieur. Quiconque a commencé une démarche spirituelle, même individuelle et autonome, s’est spontanément tourné vers cette intention de communiquer avec le créateur.

Que cherchons-nous dans la prière ?

La vie étant ce qu’elle est, c’est essentiellement à l’occasion d’une épreuve douloureuse ou d’une succession de circonstances défavorables que l’on se tourne vers Dieu. Aussi, notre intention étant d’être sauvé, nous sollicitons la grâce du grand architecte pour nous « sortir de là ». D’autres, plus heureux (ou moins portés à juger leur condition comme « négative ») prient pour le bien d’autrui, de leurs proches, de leur communauté, ou pour que cesse la souffrance des pauvres et des malades.

Beaucoup prient également contre les guerres et la persécution, sans grand succès, nous devons bien le constater. Les conflits ne font que croitre et s’intensifier, les atrocités ne sont pas cantonnées aux pays lointains, et certains des plus fervents croyants et pratiquants sont eux-mêmes au coeur d’une vie défavorable et inconfortable.

Alors est-ce que tout cela fonctionne ? Est-ce que cela a un sens ?

Est-il utile de prier ?

Dans toutes les situations citées plus haut, l’homme, inconscient de son propre pouvoir créateur, se tourne systématiquement vers le ciel pour obtenir ce qu’il désire. Les prières sont donc des demandes, plus ou moins ferventes, afin de combler ou de compenser une situation jugée comme désagréable, néfaste ou exactement opposée à ce que l’on souhaite.

Est-ce que tout cela fonctionne ? Avons-nous des preuves du fonctionnement de la prière à grande échelle, mis en rapport avec le nombre colossal de pratiquants sur la planète ?

Est-ce que méditer est mieux que prier ?

La méditation est une posture mentale de silence. En méditation, nous cherchons essentiellement à faire taire le mental. En réalité, ceci n’est pas exact. Nous ne cherchons pas à le faire taire, mais à observer les instants de silence, et à nous en délecter.

Les maitres disent qu’il faut observer arriver la pensée, et la laisser aller, comme un nuage qui passe dans le ciel.

Ainsi, la méditation n’est pas une demande particulière, elle n’a pas d’intention particulière, si ce n’est que l’accès au silence intérieur. Une fois « trouvé », celui-ci ouvre la porte à tout un monde que je vous invite à tenter de découvrir.

En écrivant ces lignes, je me demande si quelques audios gratuits de méditation guidées pouvaient vous être utile. Si cette idée vous intéresse, faites-le-moi savoir en commentaire sous cet article !

L’objectif de cet article n’est évidemment pas de porter de jugement sur la qualité de la prière, mais seulement de constater que la pratique actuelle de la prière ne semble pas avoir d’impact positif à grande échelle. Ou alors, merci de me faire savoir que mon observation est erronée.

Changer l’angle de la prière

J’ai lu hier un texte que je vais vous partager maintenant. Ce texte est tiré du livre « Dieu est là, dehors » de Anthony De Mello.

Dieu est la, dehors

Ce livre est très inspirant, et aussi très drôle. C’est un recueil de centaines de petites histoires de moins d’une page chacune.

Voici la toute première histoire de ce livre, qui m’a inspiré l’idée de partager avec vous cet article.

[quote author= »Anthony De Mello – Dieu est là, dehors » image= »http://elevezvotrevie.fr/wp-content/uploads/2015/03/41P6DCC3P6L.jpg » w= »100″ h= »142″ image_align= »left »]La prière de la grenouille

Frère Bruno était en oraison et le coassement d’une grenouille le dérangeait. Il avait beau essayer d’oublier ce bruit, rien n’y faisait. Il cria donc de sa fenêtre : « Silence ! Je suis en train de prier! »

Frère Bruno était un saint, il fut donc immédiatement obéi.

Mais un autre bruit s’immisça dans son adoration, une voix intérieure qui disait « Peut-être Dieu tire-t-il autant de plaisir du coassement de cette grenouille que du chant de tes psaumes. » Bruno répliqua : « Qu’est-ce que Dieu peut bien trouver d’agréable dans le coassement d’une grenouille ? » Refusant d’abandonner, la voix reprit : « Pourquoi Dieu a inventé le bruit, à ton avis ? »

Bruno décida de trouver pourquoi. Il se pencha à la fenêtre et commanda : « Chantez! ». Le coassement reprit, soutenu par le singulier babil de toutes les grenouilles du voisinage. Et à mesure que Bruno portait son attention au son, les voix cessèrent de l’irriter, parce qu’il constata qu’en cessant d’y faire obstacle, ces voix enrichissaient de fait le silence de la nuit.

Grâce à cette découverte, le coeur de Bruno battit en synchronie avec l’univers et, pour la première fois de sa vie, il comprit ce que cela voulait dire, prier.[/quote][clear]

Je ne vais pas donner ma propre conclusion à ce texte. Je préfère vous donner la parole.

Qu’en concluez-vous ? Aviez-vous déjà vu les choses sous cet angle ?

Quelle morale / leçon / enseignement général peut-on tirer de cette histoire ?

La parole est à vous dans le champ de commentaire ci-dessous :

Résumé de ‘Conversations avec Dieu’ – Tome 1

Très cher ami,

j’ai passé ces derniers mois à étudier soigneusement l’ouvrage majeur de Neale D. Walsch « Conversations avec Dieu ».

Ce livre m’avait été conseillé il y a très longtemps, mais le moment n’était alors pas approprié. Récemment, j’ai fini par acheter les 3 tomes de ce Best Seller, et j’ai commencé à les étudier.

Comme à mon habitude, je lis lentement, et je souligne certains passages. Puis, je reprends par écrit chacun d’eux pour établir une synthèse. Je ne lis pas de livre, je les étudie, afin de les intégrer.

Pour la première fois, j’ai décidé de faire ce travail en LIVE, et en public.

Tu trouveras donc ci-dessous mes notes sur le Tome 1, au fur et à mesure de leur saisie. Je mettrais à jour cette page régulièrement au fil de la saisie de mes annotations. Pense à revenir régulièrement vérifier si de nouveaux enseignements de « Dieu » sont disponibles.

Avec toute mon amitié,

Cédric

[hr]

Conversations avec Dieu – Neale D. Walsch

Résumé du Tome 1

[quote]La prière adéquate n’est jamais une prière de supplication, mais une prière de gratitude. La gratitude est l’affirmation la plus puissante faite à Dieu, une affirmation à laquelle j’ai répondu avant même que tu en fasses la demande. Ne supplie jamais, apprécie.[/quote][clear]

[quote]On t’a enseigné de vivre dans la peur. On t’a parlé de la survie du plus fort, de la victoire du plus puissant et du succès du plus habile. On parle rarement de la gloire du plus aimant.[/quote][clear]

[quote]La vie n’a qu’un but : c’est que tu fasses l’expérience de la gloire la plus entière.[/quote][clear]

[quote]Le plus grand secret, c’est que la vie n’est pas un processus de découverte, mais de création. Tu ne découvres pas, tu te crées à nouveau. Par conséquent, ne cherche pas à savoir qui tu es, mais cherche à déterminer qui tu veux être.[/quote][clear]

[quote]La vie n’est pas une école. Nous ne sommes pas ici pour apprendre des leçons. À moins de devenir qui tu es par ta propre création, tu ne pourras l’être. L’école est un endroit où tu vas s’il y a quelque chose que tu ne sais pas et que tu veux savoir. La vie est une occasion de savoir de façon expérientielle ce que tu sais déjà de façon conceptuelle. Il n’y a rien à apprendre, il faut se rappeler ce que l’on sait déjà, et le mettre en pratique. Ton âme sait toujours ce qu’il faut savoir. Mais elle cherche à faire l’expérience. Ton âme cherche à changer l’idée qu’elle a d’elle-même en sa plus grande expérience (passer du concept à l’expérience.[/quote][clear]

[quote]Il y a 3 éléments. Il y a ceci, il y a cela, et il y a ce qui n’est ni l’un ni l’autre, mais qui doit exister pour que ici et là existe.[/quote][clear]

[quote]Il est beaucoup plus facile de changer ce que tu fais que de changer ce que fait un autre.
Pour changer une chose, quelle qu’elle soit, tu dois savoir et accepter que ce soit toi qui l’as choisie. Admet le en comprenant que tous, nous ne faisons qu’un. Cherche alors à créer un changement, non parce que la chose est mauvaise, mais parce qu’elle n’est plus une représentation fidèle de qui tu es. Il n’y a qu’une façon de faire quoi que ce soit : affirmé, qui tu es à l’univers.[/quote][clear]

[quote]Si tu veux être fidèlement représenté, tu dois changer tout ce qui, dans ta vie, ne cadre pas avec l’image de toi que tu veux projeter dans l’éternité.[/quote][clear]

[quote]Les calamités et les désastres naturels du monde ne sont pas créés par toi en particulier. Ce qui est créé par toi, c’est le degré auquel ces événements affectent ta vie. (Ce qui crée ces événements, c’est la conscience collective).
La façon la moins pénible de vivre ce processus, la façon de réduire la douleur que tu associes à l’événement, est de changer la façon dont tu les perçois. Comme on ne peut changer l’événement extérieur, il nous faut changer l’expérience intérieure. C’est la voie de la maîtrise de la vie. Rien n’est douloureux en soi. La douleur est le résultat d’une pensée fausse. La douleur résulte d’un jugement que tu as porté sur quelque chose. Retire le jugement, la douleur disparait.[/quote][clear]

[quote]Toute pensée est créatrice, et la pensée la plus puissante est la pensée source, la pensée originelle. Ce que l’on appelle parfois le « pêché originel », c’est lorsque la première idée est erronée. Cette erreur, combinée plusieurs fois à chaque pensée qui suit la pensée originelle, crée l’expérience.[/quote][clear]

[quote]Ce que tu condamnes te condamnera et ce que tu juges, tu le deviendras un jour.[/quote][clear]

[quote]Si je ne vais pas vers l’intérieur, je vais en manque vers l’extérieur.[/quote][clear]

[quote]Laisser chaque âme suivre sa voie.[/quote][clear]

[quote]Tu ne peux perdre cette bataille, tu ne peux échouer. Donc ce n’est pas une bataille, mais un processus. Mais si tu ne le sais pas, tu y verras une lutte constante. Tu vas peut-être même croire à la lutte suffisamment longtemps pour créer une religion entière autour d’elle. Cette religion enseignera que tout est une question de lutte. Mais ce n’est pas par la lutte que le processus progresse. C’est par le lâcher-prise que l’on remporte la victoire.[/quote][clear]

[quote]Il n’y a pas de coïncidence, et rien n’arrive par accident. Chaque événement est appelé vers ton Soi par ton Soi afin que tu puisses créer et faire l’expérience de qui tu es vraiment.[/quote][clear]

[quote]La première loi, c’est que tu peux être, faire et avoir tout ce que tu imagines.
La deuxième loi, c’est que tu attires tout ce que tu crains. Car l’émotion est la force qui attire. (la peur attire l’énergie semblable)
La troisième loi, c’est que l’amour est TOUT.[/quote][clear]

neale_walsh_800
Neale D. Walsh – Auteur de « Conversations avec Dieu »

 

[quote]L’émotion est de l’énergie en mouvement. Quand on fait bouger de l’énergie, il y a un effet. En faisant bouger suffisamment d’énergie, on crée de la matière.[/quote][clear]

[quote]La peur est l’extrême opposé de l’amour. C’est la polarité primale. On ne peut être qu’à deux endroits : dans la peur ou dans l’amour.[/quote][clear]

[quote]Dieu est dans la tristesse et le rire, dans l’amer et le doux. Il y a un but divin dans chaque chose, une présence divine en tout. Rien n’existe sans qu’il y ait une raison comprise et approuvée par Dieu.[/quote][clear]

[quote]S’il existait un seul péché, ce serait celui de te laisser définir ce que tu es à cause de l’expérience de quelqu’un d’autre.[/quote][clear]

[quote]N’ai que des désirs, aucun besoin. Le désir est le commencement de toute création. C’est d’abord une pensée, un grand sentiment de l’âme.[/quote][clear]

[quote]Je désire que tu connaisses et que tu sentes qui tu es vraiment à travers le pouvoir que je t’ai donné de faire l’expérience de toi-même de la façon que tu choisiras. Je veux que le processus de la vie soit une expérience de joie constante, de création continue, d’expansion sans fin et de contentement total, à chaque instant.[/quote][clear]

[quote]Je me sens toujours totalement joyeux, aimant, réceptif, exalté et reconnaissant. (les 5 attitudes de Dieu).[/quote][clear]

[quote]Comment créer une nouvelle expérience de vie :
1/ d’abord, tourne-toi vers ta pensée la plus élevée à propos de toi-même. Imagine-toi tel que tu serais si tu vivais cette pensée chaque jour. Imagine ce que tu penserais, ferais et dirais, et comment tu répondrais à ce que feraient et diraient les autres.
Il y a t il une différence avec ce que tu vis actuellement ?
2/ C’est normal, puisque tu n’es pas en train de vivre ta vision la plus élevée de toi-même. Alors, commence par changer tes pensées, paroles et actions de façon à les adapter à ta vision la plus merveilleuse. Cela exigera un incroyable effort mental et physique, une surveillance constante à chaque instant, de chaque pensée, parole et geste. Cela impliquera que tu fasses continuellement un choix conscient. Ce que tu découvriras, si tu entreprends ce défi, c’est que tu as passé la moitié de ta vie inconscient, c’est-à-dire ignorant de ce que tu es en train de choisir de penser, dire et faire, jusqu’à ce que tu fasses l’expérience des conséquences. Ensuite, lorsque tu expérimentes les résultats, tu nies tout lien entre tes pensées, tes paroles et tes actions avec ce que tu es en train de vivre. Je t’appelle à cesser de vivre dans une telle inconscience. C’est un défi auquel t’appelles ton âme depuis le commencement des temps.[/quote][clear]

[quote]Veux-tu que ta vie prenne son envol ? Commence tout de suite à l’imaginer telle que tu veux qu’elle soit, et entre là-dedans. Examine toute pensée, parole et action qui ne s’accorde pas avec cela, et éloigne-t’en. Lorsque tu as une pensée qui n’est pas alignée sur ta vision supérieure, passe à une nouvelle pensée, sur-le-champ. Lorsque tu dis une chose qui n’est pas alignée sur ton idée la plus grandiose, prends note de ne plus rien dire de semblable. Lorsque tu fais une chose qui n’est pas alignée sur ta meilleure intention, décide que c’est pour la dernière fois. Et si possible, arrange les choses avec ceux qui étaient concernés.[/quote][clear]

[quote]Si tu es fauché, tu es fauché. Il est inutile de se mentir à ce propos. Mais c’est ce que tu penses de cette situation qui régit ta façon de ressentir le fait d’être fauché. Ce sont tes paroles à cet égard qui dictent combien de temps tu resteras fauché. Ce sont tes actions qui créent ta réalité à long terme. La première chose qu’il faut comprendre c’est qu’aucune situation n’est bonne ou mauvaise. Elle est, tout simplement. Alors, cesse de poser des jugements de valeur. La deuxième chose à savoir, c’est que toutes les situations sont temporaires. Rien de reste statique. De quelle façon une chose change, cela dépend de toi.[/quote][clear]

[quote]L’amour parfait est au sentiment ce que le blanc parfait est à la couleur. Le blanc n’est pas l’absence de couleur, mais la somme de toutes. L’amour n’est pas l’absence d’émotion négative ou positive, c’est la somme de tous les sentiments. Le total, l’agrégat. Pour faire l’expérience de l’amour parfait, l’âme doit faire l’expérience de tous les sentiments. Comment puis-je pardonner à un autre ce que je n’ai jamais ressenti moi-même ? Le but de l’âme est de tout ressentir, afin d’être tout cela.[/quote][clear]

[quote]L’âme réalise que la grandeur n’existe que dans l’espace de ce qui n‘est pas grand. Donc l’âme ne condamne pas ce qui n’est pas grandiose, mais le bénit, en y voyant une part d’elle-même qui doit exister pour qu’une autre part d’elle-même se manifeste.[/quote][clear]

[quote]La guérison est un processus qui consiste à tout accepter, puis à choisir ce qu’il y a de mieux.[/quote][clear]

[quote]Ton âme cherche à ressentir le sentiment le plus élevé, à être l’amour parfait. Elle EST l’amour parfait, et elle le sait, mais elle veut en faire l’expérience.[/quote][clear]

[quote]Il y a beaucoup de choses que l’on ne sait pas. Mais on sait tous une chose : on est mauvais. C’est pour cela que l’on cherche à s’améliorer. C’est bien, c’est la même destination, mais il y a une voie plus rapide. Cette voie, c’est accepter qui et ce que tu es maintenant, et de le montrer.[/quote][clear]

[quote]La vie est une création, et non une découverte. Voilà pourquoi comment ça fonctionne :
1/ Je t’ai créé à l’image et à la ressemblance de Dieu
2/ Dieu est le créateur
3/ Tu es un être trois en un. esprit, corps, âme
4/ La création est un processus qui se déroule à partir de ces 3 parties du corps, sur ces 3 niveaux. Les outils de la création sont : la pensée, la parole, l’action.
5/Toute création vient de la pensée, passe par la parole et s’accomplit par des actions.
6/ Ce que tu penses seulement crée à un certain niveau. Ce que tu penses et dont tu parles crée à un autre niveau, ce que tu penses, dont tu parles et que tu fais se manifeste dans la réalité.
7/ Il est impossible de penser, dire et faire une chose à laquelle tu ne crois pas vraiment. Donc le processus de création comprend la foi, ou la connaissance. C’est la foi absolue, c’est le fait de savoir une certitude. Donc la partie « faire » de la création comprend toujours la connaissance. C’est une intuition claire, une certitude totale, une acceptation complète de quelque chose en réalité.
8/ Cet espace de connaissance est un espace d’incroyable gratitude. C’est le fait d’être reconnaissant à l’avance. Voilà la plus grande clé de la création : être reconnaissant avant la création, et pour elle. Il faut prendre la chose pour acquise, c’est le signe infaillible de la maîtrise.
9/ Célèbre et apprécie tout ce que tu crées ou as créé, car ce sont des parties de toi. En rejette une partie, c’est te rejeter toi-même.
10/ s’il y a un aspect de la création que tu n’apprécies pas, bénis-le, et change-le. Fais un nouveau choix, proclame une nouvelle réalité. Fais quelque chose de neuf. Interpelle le monde, dis-lui « je suis la vie, suivez-moi ».
Voilà comment manifester la volonté de Dieu « sur la terre comme au ciel ».[/quote][clear]

[quote]La première façon de faire « décoller ta vie » est d’y penser de façon très lucide. Penses à ce que tu veux être, faire et avoir, penses-y souvent jusqu’à ce que ça soit très clair pour toi. Alors, quand ce sera très clair, ne pense plus à rien d’autre. N’imagine aucune autre possibilité.[/quote][clear]

[quote]Délaisse tous les doutes. Rejette toutes les peurs. Entraîne ton esprit à s’accrocher à la pensée créative originale.[/quote][clear]

[quote]Fais des affirmations du type « je suis ». « Je suis » est l’affirmation la plus créatrice de l’univers. Tout ce que tu penses ou dis après « je suis » déclenche des expériences, les invoque, te les amène. L’univers ne connait aucune autre façon de fonctionner. Il ne sait prendre aucune autre route. Il répond à « je suis » comme le génie de la lampe. NOTE : les affirmations « je suis » font partie des outils puissants utilisés dans les programmes 10 JOURS et VISU.[/quote][clear]

[quote]Harnacher tes pensées, exercer un contrôle dessus n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît. C’est une question de discipline et d’intention. La première étape consiste à observer tes pensées, à penser à quoi tu penses. Lorsque tu te surprends en train d’avoir des pensées négatives, repenses-y ! Je veux que tu le fasses littéralement. Si tu as l’impression de broyer du noir, d’être dans de beaux draps et de ne rien pouvoir en tirer de bon, repenses-y. Tu peux t’entrainer à le faire. Vois comme tu t’es entrainer à ne pas le faire.[/quote][clear]

[quote]L’illumination, c’est de comprendre qu’il n’y a nulle part où aller, rien à faire et personne à être sinon précisément celui que tu es maintenant.
Ce que l’illumination te demande de faire, c’est de connaitre quelque chose dont tu n’as pas fait l’expérience et, par conséquent, d’en faire ainsi l’expérience. Connaitre ouvre la voie à l’expérience, et tu t’imagines que c’est l’inverse.[/quote][clear]

[quote]La passion est l’amour du faire. Faire, c’est être de façon expériencielle. Mais ce qui vient habituellement avec le faire : l’attente. Vis ta vie sans avoir d’attente, voilà la liberté.[/quote][clear]

[quote]L’homme a souvent l’impression d’avoir besoin d’un retour sur investissement. Si on aime quelqu’un, c’est bien, mais il nous faut recevoir de l’amour en retour. Ce n’est pas de la passion, c’est avoir des attentes. C’est l’une des plus grandes sources de malheur de l’homme.[/quote][clear]

[quote]Ne résiste jamais à rien. Si tu crois pouvoir l’éliminer par ta résistance, repenses-y. Tu ne fais que l’implanter plus fermement. Toute pensée est créative.[/quote][clear]

[quote]Si tu ne veux pas quelque chose, pourquoi y penser ? N’y pense plus. Et si tu ne peux pas t’en empêcher, alors ne résiste pas, et regarde ce que c’est. Accepte que ce soit toi qui as créé cette réalité, puis choisi de la garder ou non.[/quote][clear]

[quote]Tu ne peux renoncer à rien, car ce à quoi tu résistes persiste. Ne renonce pas, mais fais un choix différent. C’est l’acte d’aller vers quelque chose, et non pas de s’éloigner de quelque chose.[/quote][clear]

[quote]Le but de la vie n’est pas d’aller quelque part, mais de remarquer que tu y es déjà et y as toujours été. Tu es, toujours et à jamais, à l’instant de la création pure. Le but de la vie est de créer celui et ce que tu es, et d’en faire l’expérience.[/quote][clear]

[quote]Ce qui arrive, c’est ce qui arrive. Ta façon de réagir à ce qui arrive, c’est une autre histoire.[/quote][clear]

[quote]C’est vrai, le saint « souffre en silence », mais cela ne veut pas dire qu’il soit bon de souffrir. Ils comprennent que souffrir n’est pas a voie de Dieu, mais plutôt un signe qu’il reste quelque chose à apprendre sur la voie de Dieu, quelque chose à se souvenir.

Le Maitre véritable ne souffre pas en silence, il souffre sans se plaindre, car il fait l’expérience d’un ensemble de situations que vous qualifieriez d’insupportables.

Si le Maitre ne parle pas de souffrir, c’est qu’il comprend clairement le pouvoir de la parole, et choisit de ne pas en dire un mot.

Nous rendons réel ce à quoi nous portons de l’attention.[/quote][clear]

[quote]Ce sont vos jugements qui vous tiennent à l’écart de la joie, et vos attentes qui vous rendent malheureux.[/quote][clear]

[quote]Ta tâche consiste à les (tes enfants) rendre indépendants, à leur enseigner comment se débrouiller sans toi. Tu ne leur rendras service qu’au moment où ils s’apercevront que tu ne leur es pas nécessaire. Ne cherchez pas à faire de votre amour une colle qui attache.[/quote][clear]

[quote]Tu obtiens toujours ce que tu crées, et tu es toujours en train de créer. Si tu n’aimes pas ce que tu viens de créer, choisi à nouveau. Ta vie est toujours le résultat de tes pensées à son égard, y compris la pensée créative selon laquelle tu obtiens rarement ce que tu choisis.[/quote][clear]

[hr]

À ce stade, nous en sommes à peu près à la moitié du Tome 1. A suivre …

[VIDEO] 3 étapes simples pour retrouver sa motivation

Salut !

Alors aujourd’hui, c’est un peu particulier.

On va enchainer cette nouvelle série de vidéos avec un thème qui concerne beaucoup de monde : la motivation.

En effet, nous avons tous les jours des dizaines d’occasions de mettre notre attention sur ce qui ne va pas (non, je ne vais rien citer ici, ça serait une occasion de plus !).

Or, si on focus sur ce que l’on ne veut pas, que devient notre direction ? Voilà, on fonce droit sur ce que l’on ne veut pas !

Dans cette courte vidéo, je vais vous expliquer mon point de vue sur la motivation, et une technique simple en 3 étapes pour vous sentir bien et mettre immédiatement le focus sur ce que vous voulez !

[VIDEO] Comment gérer son stress en 3 minutes

Bonjour !

J’espère que vous allez bien.

Dans la vidéo d’aujourd’hui, j’avais envie de traiter d’un sujet qui revient souvent : le stress.

On attribue tant de chose au « stress » : notre mauvaise mine, le manque de sommeil, les cheveux qui tombent, les ongles qui cassent, nos maladies, certains cancers, nos troubles digestifs, bref … à peu près TOUT en fait !

On peut gérer son stress sans effort

Pourtant, il est faux de croire que l’on ne peut rien face au stress, et que c’est une fatalité.

Le « stress » n’est qu’un résidu, créé par notre mental inconscient, de nos peurs et de nos doutes. C’est une émotion comme une autre, et tout comme on peut créer de la joie ou de la peur en un instant, on peut modifier son stress en enthousiasme ou en toute autre chose.

Vaincre son stress instantanément

Dans cette vidéo, je vous présente une technique toute simple mais qui fonctionne extrêmement bien pour réduire son stress et le transformer en une émotion positive (il y avait déjà un article sur ce sujet Comment transformer sa peur en enthousiasme) et vous pouvez même choisir laquelle, le LUXE !

 

 

>> Découvrir comment faire l’expérience
de la confiance et de la sérénité en 10 jours <<

7 janvier 2015 : Le point de bascule

Devant un tel événement, une telle tragédie, sommes-nous tenus de réagir par de la haine, de l’écoeurement et de l’indignation ?

Il existe une autre façon de percevoir et de réagir à cela. Une façon plus « élevée » …

Depuis plusieurs mois, j’observe le monde et me demande à quel moment ça va finir par « péter ». Depuis plusieurs jours je me demande comment vous souhaiter les traditionnels « voeux » de début d’année.

Et bien en ce jour, je crois que je ne peux que vous souhaiter d’avoir le courage et la force de pardonner l’impardonnable.

charlie-hebdo-je-suis-charlie
Personnellement, dans de telles situations, ce qui m’aide c’est : « Que ferait l’amour à cet instant ? »

Je crois (mais ça n’engage que moi), que nous sommes devant un choix :

  • SOIT faire semblant d’ignorer (par peur) – réagir dans la haine et/ou la violence (encore la peur) – exprimer sa frustration / sa colère (encore la peur)
  • SOIT ressentir de la compassion sincère AUTANT pour les familles des victimes QUE pour les agresseurs.

???!!! Quoi ?!?!?! T’es malade ???!!!

Non.
Un acte comme celui-ci ne peut être guidé que par la haine, la peur, la colère, la frustration et la séparation. Un être humain qui vit cela perd les pédales car il souffre. Quelqu’un qui souffre n’a pas besoin qu’on le punisse, il a besoin qu’on l’aide.
Alors nous y voilà. Vous pouvez réagir violemment à mes propos, et choisir de rester dans la peur et la haine.
Ou alors vous pouvez choisir de voir les choses autrement, du point de vue de l’amour et de la compassion.

Pour moi, le point de bascule est ici. Maintenant. A cet instant précis.

  • SOIT nous réagissons comme des êtres primitifs dans une civilisation primitive (une civilisation qui pollue les sols qu’elle cultive, qui détruit son économie, qui rend malade ses bien-portants pour leur vendre des médicaments et qui communique via les médias en permanence sur la peur et la colère, est une civilisation primitive)
  • SOIT nous agissons en êtres éveillés, supérieurs au stade 0 de l’évolution humaine, et nous cherchons une voie pour que notre monde s’améliore, par l’intermédiaire de chacun d’entre nous.

Chacun d’entre nous va – à partir d’aujourd’hui – choisir de se positionner dans la facilité de la peur (le côté obscur) ou dans la difficulté de la lumière, un chemin arpenté qui nécessite amour, courage et persévérance.

Nous avons tous le choix, chacun d’entre nous.

Mais si tu lis ceci, tu ne peux plus nier le fait de SAVOIR, désormais, qu’il y a bien 2 choix, et non pas seulement celui du côté obscur. Une autre voie que celle de la guerre et de la haine est possible.

Le choix que tu feras maintenant sera un choix conscient, de peur ou d’amour, de destruction ou de construction, de contraction ou d’expansion.

  • Si nous agissons avec sagesse et amour, ces 11 âmes seront fières de nous et sauront qu’elles ont fait ce qu’elles devaient. Ces hommes et ces femmes auront alors vécu avec sens.
  • Si nous réagissons dans la peur et la colère, ils seront morts pour rien, car nous n’aurons rien appris.

À ce stade, il serait faux de croire que c’est le groupe qui va basculer, puis que tu vas ensuite le suivre dans son mouvement.

La vérité, c’est que le groupe basculera du côté de la majorité de chacun de ses éléments.

Toi, moi, ton voisin, son oncle, ma tante, ta mère, CHACUN D’ENTRE NOUS va créer le mouvement de bascule d’un côté ou de l’autre. Et alors, le groupe, notre pays, va basculer dans le sens que le plus grand nombre aura choisi.Prenons nos responsabilités. Choisissons, et assumons.Pour ma part, je choisis de contribuer à la bascule vers un éveil des consciences, vers l’amour et la compassion, vers l’expansion, vers le bénéfice du groupe plutôt que le bénéfice personnel, vers la contribution et le don plutôt que le « chacun-pour-soi ».Mais cela n’est que mon avis, mon choix, et je l’assume.

Et toi ?

Le champ de commentaire ci-dessous est disponible pour obtenir ta réaction

Si tu es d’accord avec moi, sens-toi libre de partager ce message sur Facebook ou de le transférer par email.
Ainsi, nous contaminerons plus de personnes à basculer vers le côté de la paix.

Je ne suis pas cette maladie

Peut-être êtes-vous malade, ou souffrez-vous ?

Une maladie qui vous affecte au quotidien, en permanence. Alors, depuis que vous avez contracté ce mal, vous dites :

« je suis (votre maladie) »

Par exemple,

« je suis dépressif »

« je suis allergique »

On va même jusqu’à dire que l’on « est » notre comportement :

« je suis en colère »

« je suis impulsif »

maladie

En disant « je suis (ma maladie), vous vous définissez par ce mal. Vous vous créez une identité à partir de lui.

Êtes-vous votre maladie ?

Êtes-vous votre comportement ?

Est-ce vraiment cette maladie ou ce comportement qui vous défini, qui fait que vous êtes qui vous êtes ?

Est-ce vraiment cela que vous CHOISISSEZ d’être pour le restant de vos jours ?

Si vous vous définissez vous-même par votre comportement ou votre souffrance, comment voulez-vous vous en défaire ?

Voici l’histoire d’Ève Ricard. Elle va vous apprendre quelque chose d’intéressant sur la relation entre vous et votre maladie (ou votre comportement) :

Voici l’histoire d’Ève, la soeur de Matthieu Ricard

Ma sœur Ève fut atteinte précocement – elle avait juste 42 ans – par la maladie de Parkinson. Elle réagit avec un grand courage et de la façon la plus constructive possible, comme elle le décrit dans son émouvant récit, poème et enseignement, Une étoile qui danse sur le chaos . Les jeunes parkinsoniens ne bénéficient pas en France de l’aide sociale accordée à d’autres travailleurs handicapés (travail à mi-temps, etc.), car c’est une maladie qui est censée affecter les personnes âgées, lesquelles, habituellement, ont déjà quitté le milieu du travail. En dépit de sa maladie, Ève continua à se dévouer à plein temps aux enfants issus de milieux défavorisés qu’elle a accompagnés pendant toute sa carrière d’orthophoniste.

Ma sœur Ève et son époux, Yann, me donnent tous les jours une leçon de vie. Une leçon transmise non par des mots mais par l’exemple. Une leçon qui n’est pas donnée à une heure ou à une date fixe mais à chaque instant, avec simplicité, constance et dignité. Ève m’enseigne le courage, Yann la sollicitude. Un courage qui ne consiste pas seulement à faire face avec fortitude à une maladie éprouvante dont elle sait qu’elle ne guérira pas, mais surtout à avoir adopté et maintenu sans fléchir une vision et une attitude exemplaire à l’égard du mal qui l’affecte. Cette vision, elle l’articule en quelques mots : « Je sais que j’ai une maladie et pourtant je ne suis pas cette maladie et je ne le serai pas. » Cette attitude fait une immense différence, car en ne s’identifiant pas à la maladie, Ève a ouvert et préservé un espace de liberté pour vivre, créer et aimer. Cette espace lui permet de choisir comment vivre une maladie qu’elle n’a pas choisi de subir. Une maladie qu’elle a prise en main comme une musicienne qui trouve sur son chemin un instrument abîmé et sait, par la magie de son expertise, en tirer une mélodie émouvante et sublime.

Quelles que puissent être l’adversité extérieure et la douleur du corps, c’est l’esprit qui les traduit en mal-être. C’est lui qui connaît la joie au cœur de la tempête ou la tristesse dans un paradis. Un changement, même minime, dans la manière de percevoir et d’interpréter le monde, transforme considérablement la qualité de chaque instant de notre existence.

Partout où la vie s’épanouit dans l’univers, la souffrance est présente : maladie, vieillesse, mort, séparation d’avec ceux que l’on aime, union forcée avec ceux qui nous oppriment, privation de ce dont on a besoin, confrontation avec ce que l’on redoute…

Mais la souffrance ne possède pas un caractère absolu, et le malheur n’a pas de causes immuables. Nous n’avons qu’un contrôle limité, temporaire et souvent illusoire sur le monde extérieur et sur notre corps, mais notre esprit, lui, est par nature beaucoup plus flexible : s’il est difficile de changer le monde, il est toujours possible de transformer notre façon de le percevoir.

Maladroitement, nous recherchons le bonheur en dehors de nous-même et lorsque nous nous trouvons désemparés face à la souffrance, c’est encore à l’extérieur que nous cherchons de l’aide. Pourquoi tant hésiter à tourner notre regard vers l’intérieur ? C’est pourtant bien au cœur de la nature même de l’esprit que l’on peut s’ouvrir au potentiel de force et de sérénité qui est toujours présent au plus profond de soi.

Ève Ricard, (2015). Une étoile qui danse sur le chaos , Albin Michel.

Source de l’article : http://matthieuricard.org/blog/posts/une-etoile-qui-danse-sur-le-chaos-1

Votre langage corporel définit qui vous êtes

Tout le monde parle de l’importance du «langage du corps», encore appelée la «communication non verbale», mais peu de gens comprennent vraiment l’impact qu’a ce langage – non seulement dans la façon dont les autres nous perçoivent, mais dans la façon dont nous agissons naturellement.

Votre subconscient dirige votre vie

Nous savons que plus de 55% du message est transmis par les mouvements du corps. Les mots que vous prononcez n’ont que peu d’importance, ils ne « pèsent » que pour 8% du message reçu par la personne en face de vous. L’intonation et le rythme de votre voix a 4 fois plus d’importance que les mots !

Communication non verbale
Les mots n’ont que peu d’importance

Mais allons encore plus loin

Professeur à la Harvard Business School, Amy Cuddy a donné une excellente présentation à TEDGlobal en 2012.

Certaines postures corporelles ne changent pas simplement la façon dont les autres vous perçoivent, explique le professeur Cuddy. Ils changent immédiatement la chimie de votre corps. Et ces changements affectent la façon dont vous faites les choses et comment vous interagissez avec d’autres personnes.

Le professeur Cuddy a conclu son discours par une révélation surprenante sur elle-même, qui l’a amenée à vivre une intense émotion. Puis la conversation se termina par une belle ovation du public.

J’ai rassemblé les points clés de la présentation du professeur Cuddy ci-dessous.

Amy Cuddy est psychologue social et professeur à la Harvard Business School.

amy-cuddy-harvard-business-school

Le professeur Cuddy étudie le « langage du corps » – la communication non verbale qui peut nous dire presque tout sur ce qui se passe dans une situation donnée.

votre-corps-parle-pour-vous

Des petits gestes révèlent des aperçus de formes et de caractères sur la façon dont les gens sont perçus. Ici, le président Obama serre la main d’un policier britannique en entrant dans la maison du Premier ministre sur Downing Street.

vos-petits-gestes-revelent-qui-vous-etes

Quelques secondes plus tard, le premier ministre ignore le même policier. Les médias britanniques ont diffusé le clip et ridiculisé le Premier ministre pendant des semaines.

un-simple-geste-peut-vous-ridiculiser

Un des éléments les plus importants du langage du corps est la « pose de puissance »

posture-corporelle-de-puissance

Cette pose, dans laquelle l’animal ou la personne est « ouvert » est l’une des postures de haute puissance les plus courantes.

Beaucoup d’animaux le font.

Tout comme les humains.

Cette pose de pouvoir, appelé «fierté» est inné. Les aveugles de naissance le font quand ils sont victorieux à l’occasion d’un événement, même quand ils n’ont jamais vu le faire ou appris à le faire.

Dans les situations de faible puissance, en revanche, lorsque des personnes ou des animaux se sentent faibles et sans défense, ils se referment.

posture-faible-puissance

Ils s’enveloppent eux-mêmes, explique le professeur Cuddy.

ils-s-enveloppent-eux-eme

Et se ferment aux autres.

votre-posture-vous-ferme-aux-autres

Les poses de « grande puissance » et de  »faible puissance » ont tendance à se compléter mutuellement dans les interactions humaines. Une personne est en supériorité. L’autre ne l’est pas.

posture-complémentaire

Les chercheurs savent déjà que la communication non verbale affecte la façon dont les autres vous perçoivent et ce qu’ils pensent de vous. Par exemple, un aperçu d’une seule seconde du visage d’un candidat permet aux gens de prédire le gagnant à 70% des courses au Sénat et au gouvernement .

un-seul-geste-fait-gagner-les-elections

Mais est-ce que notre langage corporel peut affecter la façon dont nous nous percevons?

notre-propre-langage-corporel-nous-affecte

C’est la question à laquelle le professeur Cuddy a entrepris de répondre.

Elle et ses collègues ont mis en place un test dans lequel ils ont demandé aux gens de prendre une «pose de haute puissance » pendant 2 minutes. Comme celle-ci, par exemple

experience-posture-de-puissance

Ou celles-ci. (Celui de droite est appelé «Wonder Woman »)

posture-de-puissance

Ou celles-ci

autre-posture-de-puissance

Et les chercheurs ont également demandé aux sujets d’assumer des  « poses de faible puissance » pendant 2 minutes.

posture-faible-puissance

Comme celles-ci également

autre-posture-faible-puissance

Cette position est d’ailleurs la pose avec la puissance la plus basse de toutes.

la-pire-posture-de-faible-puissance

Ensuite, les chercheurs ont testé les sujets sur leur «tolérance au risque et la chimie du corps ». Les résultats sont choquants.

test-chimique-posture-de-puissance

Après seulement deux minutes de « pose à haute puissance » la tolérance au risque des participants aux poses de forte puissance a grimpé. La tolérance au risque des participants aux poses de faible puissance, de son côté, reculait.

tolerance-au risque-pose-puissance

Ainsi, les chercheurs ont trouvé que c’était le résultat d’un profond changement dans la chimie du corps. La testostérone est l’hormone de «dominance». Après seulement 2 minutes de pose, les niveaux de testostérone des testeurs « forte puissance » ont augmenté de 20%. Les niveaux de testostérone pour le groupe « faible puissance » ont, quant à lui, chuté de 10%.

test-testosterone-posture-de-puissance

La testostérone est une substance chimique clé pour le «pouvoir». L’autre est le cortisol. Lorsque les niveaux de cortisol baissent, les gens sont en mesure de mieux gérer les situations stressantes (une bonne chose pour un manager). En clair, moins on a de cortisol, mieux c’est.

Après des poses de 2 minutes, les niveaux  de cortisol du groupe « haute puissance »ont fortement chuté. Les niveaux de cortisol du groupe « faible puissance » ont, quant à lui, augmenté !!

test-cortisol-posture-puissance

Cette recherche a répondu aux questions …

«Nos postures corporelles régissent la façon dont nous percevons les choses, les situations, et nous-même»

«Notre corps peut changer notre psychologie»

Ainsi donc, une nouvelle question se pose …

«Est-ce qu’une simple pose de quelques minutes
peut vraiment changer votre vie de façon significative? »

Par exemple, si vous avez pris une «pose de grande puissance » dans un entretien d’embauche, cela vous aiderait-il à obtenir le poste?

les-humains-utilisent-la-posture-de-puissance-par-instinct

Absolument pas! Se comporter ainsi semblerait offensif, présomptueux, et impoli envers votre interlocuteur, quelle que soit la façon dont il vous le fait sentir en retour.

mauvaise-application-posture-puissance

Mais pensez à comment les gens « posent » quand ils sont en attente pour des entretiens d’embauche. Ils se referment et prennent des poses de faible puissance, instinctivement. Et si, dans les toilettes ou autre, vous vous prépariez pour un entretien d’embauche en prenant une pose de forte puissance?

posture-de faiblesse-instinctive

Le professeur Cuddy et ses collègues ont décidé de tester cela. Pour réduire l’impact des évaluations interpersonnelles, ils ont formé les « enquêteurs » a être complètement passif au cours des entretiens, ne donnant aucune réponse quelle qu’elle soit. (Apparemment, la plupart des gens trouvent cela plus stressant et déconcertant qu’une franche dispute).

stoique

Les résultats? Vous l’avez deviné. Les frimeurs « haute puissance » ont été très largement ceux que les chargés d’entretien voulaient embaucher. Surtout que ce que ces gens ont dit réellement pendant les entretiens n’était pas pertinent. Il s’agissait simplement de faire acte de «présence».

PRÉSENCE :

  • confiant

  • authentique

  • confortable

  • captivant

  • enthousiaste

  • passionné

Dans ces situations, en d’autres termes, le langage du corps disait tout à leur place.

«Notre corps change notre psychologie …

notre psychologie change notre comportement …

et notre comportement change nos résultats»

À ce stade de l’exposé, le professeur Cuddy a révélé quelque chose sur elle-même. À 19 ans, elle a été gravement blessée dans un accident de voiture. Elle se est réveillée dans une salle avec un traumatisme crânien et on lui a dit que son QI a chuté de deux écarts-types. On lui dit qu’elle ne pourrait jamais aller à l’université.

Elle a décidé de ne pas abandonner. Elle a travaillé et travaillé. Il lui a fallu quatre ans de plus que le reste de sa classe pour obtenir leur diplôme. Mais elle est diplômée. Puis elle a réussi en quelque sorte à convaincre l’université de Princeton de l’accepter à l’école supérieure.

Elle se sentait comme un imposteur. Le premier jour à Princeton, elle a réalisé ce qu’elle n’était pas à sa place, et elle a dit à son conseiller qu’elle voulait abandonner. Son conseiller a refusé de la laisser partir. Le conseiller a dit, « vous allez feindre que vous êtes à votre place jusqu’à ce que vous le fassiez vraiment – peu importe à quel point cela vous fait peur. »

Amy-Cuddy

Ainsi, le professeur Cuddy a « fait semblant. » Elle « fait « semblant » tout au long de Princeton et Northwestern et Harvard. Elle a « fait semblant » pendant tellement longtemps qu’elle a fini par complètement oublier qu’elle faisait «semblant».

Et puis, à Harvard, l’un de ses étudiants est venu à elle et dit: «Je m’en vais – je ne peux pas faire cela. » Et le professeur Cuddy réalisé deux choses: d’abord, qu’elle se était pas seulement « fait semblant jusqu’à ce qu’elle le fasse ». Elle avait fait semblant jusqu’à ce qu’elle le devienne. Et son élève allait faire semblant jusqu’à ce qu’elle devienne elle aussi.

amy-cuddy-harvard-business-school

Et voilà le message clé pour nous tous, dit le professeur Cuddy.

«Faites semblant jusqu’à ce que vous le devenez vraiment»

De petits ajustements dans votre posture corporelle changent la chimie de votre corps.

«Minuscules ajustements -> GRANDS CHANGEMENTS»

Donc, essayez une pose de puissance!

Traduit de l’anglais par Cédric Esserméant – Source de l’article – Regardez la vidéo TED originale en français sous-titré sur ce lien