Résumé de ‘Conversations avec Dieu’ – Tome 1

Posted by
|

Très cher ami,

j’ai passé ces derniers mois à étudier soigneusement l’ouvrage majeur de Neale D. Walsch « Conversations avec Dieu ».

Ce livre m’avait été conseillé il y a très longtemps, mais le moment n’était alors pas approprié. Récemment, j’ai fini par acheter les 3 tomes de ce Best Seller, et j’ai commencé à les étudier.

Comme à mon habitude, je lis lentement, et je souligne certains passages. Puis, je reprends par écrit chacun d’eux pour établir une synthèse. Je ne lis pas de livre, je les étudie, afin de les intégrer.

Pour la première fois, j’ai décidé de faire ce travail en LIVE, et en public.

Tu trouveras donc ci-dessous mes notes sur le Tome 1, au fur et à mesure de leur saisie. Je mettrais à jour cette page régulièrement au fil de la saisie de mes annotations. Pense à revenir régulièrement vérifier si de nouveaux enseignements de « Dieu » sont disponibles.

Avec toute mon amitié,

Cédric


Conversations avec Dieu – Neale D. Walsch

Résumé du Tome 1

La prière adéquate n’est jamais une prière de supplication, mais une prière de gratitude. La gratitude est l’affirmation la plus puissante faite à Dieu, une affirmation à laquelle j’ai répondu avant même que tu en fasses la demande. Ne supplie jamais, apprécie.

On t’a enseigné de vivre dans la peur. On t’a parlé de la survie du plus fort, de la victoire du plus puissant et du succès du plus habile. On parle rarement de la gloire du plus aimant.

La vie n’a qu’un but : c’est que tu fasses l’expérience de la gloire la plus entière.

Le plus grand secret, c’est que la vie n’est pas un processus de découverte, mais de création. Tu ne découvres pas, tu te crées à nouveau. Par conséquent, ne cherche pas à savoir qui tu es, mais cherche à déterminer qui tu veux être.

La vie n’est pas une école. Nous ne sommes pas ici pour apprendre des leçons. À moins de devenir qui tu es par ta propre création, tu ne pourras l’être. L’école est un endroit où tu vas s’il y a quelque chose que tu ne sais pas et que tu veux savoir. La vie est une occasion de savoir de façon expérientielle ce que tu sais déjà de façon conceptuelle. Il n’y a rien à apprendre, il faut se rappeler ce que l’on sait déjà, et le mettre en pratique. Ton âme sait toujours ce qu’il faut savoir. Mais elle cherche à faire l’expérience. Ton âme cherche à changer l’idée qu’elle a d’elle-même en sa plus grande expérience (passer du concept à l’expérience.

Il y a 3 éléments. Il y a ceci, il y a cela, et il y a ce qui n’est ni l’un ni l’autre, mais qui doit exister pour que ici et là existe.

Il est beaucoup plus facile de changer ce que tu fais que de changer ce que fait un autre.
Pour changer une chose, quelle qu’elle soit, tu dois savoir et accepter que ce soit toi qui l’as choisie. Admet le en comprenant que tous, nous ne faisons qu’un. Cherche alors à créer un changement, non parce que la chose est mauvaise, mais parce qu’elle n’est plus une représentation fidèle de qui tu es. Il n’y a qu’une façon de faire quoi que ce soit : affirmé, qui tu es à l’univers.

Si tu veux être fidèlement représenté, tu dois changer tout ce qui, dans ta vie, ne cadre pas avec l’image de toi que tu veux projeter dans l’éternité.

Les calamités et les désastres naturels du monde ne sont pas créés par toi en particulier. Ce qui est créé par toi, c’est le degré auquel ces événements affectent ta vie. (Ce qui crée ces événements, c’est la conscience collective).
La façon la moins pénible de vivre ce processus, la façon de réduire la douleur que tu associes à l’événement, est de changer la façon dont tu les perçois. Comme on ne peut changer l’événement extérieur, il nous faut changer l’expérience intérieure. C’est la voie de la maîtrise de la vie. Rien n’est douloureux en soi. La douleur est le résultat d’une pensée fausse. La douleur résulte d’un jugement que tu as porté sur quelque chose. Retire le jugement, la douleur disparait.

Toute pensée est créatrice, et la pensée la plus puissante est la pensée source, la pensée originelle. Ce que l’on appelle parfois le « pêché originel », c’est lorsque la première idée est erronée. Cette erreur, combinée plusieurs fois à chaque pensée qui suit la pensée originelle, crée l’expérience.

Ce que tu condamnes te condamnera et ce que tu juges, tu le deviendras un jour.

Si je ne vais pas vers l’intérieur, je vais en manque vers l’extérieur.

Laisser chaque âme suivre sa voie.

Tu ne peux perdre cette bataille, tu ne peux échouer. Donc ce n’est pas une bataille, mais un processus. Mais si tu ne le sais pas, tu y verras une lutte constante. Tu vas peut-être même croire à la lutte suffisamment longtemps pour créer une religion entière autour d’elle. Cette religion enseignera que tout est une question de lutte. Mais ce n’est pas par la lutte que le processus progresse. C’est par le lâcher-prise que l’on remporte la victoire.

Il n’y a pas de coïncidence, et rien n’arrive par accident. Chaque événement est appelé vers ton Soi par ton Soi afin que tu puisses créer et faire l’expérience de qui tu es vraiment.

La première loi, c’est que tu peux être, faire et avoir tout ce que tu imagines.
La deuxième loi, c’est que tu attires tout ce que tu crains. Car l’émotion est la force qui attire. (la peur attire l’énergie semblable)
La troisième loi, c’est que l’amour est TOUT.

neale_walsh_800

Neale D. Walsh – Auteur de « Conversations avec Dieu »

 

L’émotion est de l’énergie en mouvement. Quand on fait bouger de l’énergie, il y a un effet. En faisant bouger suffisamment d’énergie, on crée de la matière.

La peur est l’extrême opposé de l’amour. C’est la polarité primale. On ne peut être qu’à deux endroits : dans la peur ou dans l’amour.

Dieu est dans la tristesse et le rire, dans l’amer et le doux. Il y a un but divin dans chaque chose, une présence divine en tout. Rien n’existe sans qu’il y ait une raison comprise et approuvée par Dieu.

S’il existait un seul péché, ce serait celui de te laisser définir ce que tu es à cause de l’expérience de quelqu’un d’autre.

N’ai que des désirs, aucun besoin. Le désir est le commencement de toute création. C’est d’abord une pensée, un grand sentiment de l’âme.

Je désire que tu connaisses et que tu sentes qui tu es vraiment à travers le pouvoir que je t’ai donné de faire l’expérience de toi-même de la façon que tu choisiras. Je veux que le processus de la vie soit une expérience de joie constante, de création continue, d’expansion sans fin et de contentement total, à chaque instant.

Je me sens toujours totalement joyeux, aimant, réceptif, exalté et reconnaissant. (les 5 attitudes de Dieu).

Comment créer une nouvelle expérience de vie :
1/ d’abord, tourne-toi vers ta pensée la plus élevée à propos de toi-même. Imagine-toi tel que tu serais si tu vivais cette pensée chaque jour. Imagine ce que tu penserais, ferais et dirais, et comment tu répondrais à ce que feraient et diraient les autres.
Il y a t il une différence avec ce que tu vis actuellement ?
2/ C’est normal, puisque tu n’es pas en train de vivre ta vision la plus élevée de toi-même. Alors, commence par changer tes pensées, paroles et actions de façon à les adapter à ta vision la plus merveilleuse. Cela exigera un incroyable effort mental et physique, une surveillance constante à chaque instant, de chaque pensée, parole et geste. Cela impliquera que tu fasses continuellement un choix conscient. Ce que tu découvriras, si tu entreprends ce défi, c’est que tu as passé la moitié de ta vie inconscient, c’est-à-dire ignorant de ce que tu es en train de choisir de penser, dire et faire, jusqu’à ce que tu fasses l’expérience des conséquences. Ensuite, lorsque tu expérimentes les résultats, tu nies tout lien entre tes pensées, tes paroles et tes actions avec ce que tu es en train de vivre. Je t’appelle à cesser de vivre dans une telle inconscience. C’est un défi auquel t’appelles ton âme depuis le commencement des temps.

Veux-tu que ta vie prenne son envol ? Commence tout de suite à l’imaginer telle que tu veux qu’elle soit, et entre là-dedans. Examine toute pensée, parole et action qui ne s’accorde pas avec cela, et éloigne-t’en. Lorsque tu as une pensée qui n’est pas alignée sur ta vision supérieure, passe à une nouvelle pensée, sur-le-champ. Lorsque tu dis une chose qui n’est pas alignée sur ton idée la plus grandiose, prends note de ne plus rien dire de semblable. Lorsque tu fais une chose qui n’est pas alignée sur ta meilleure intention, décide que c’est pour la dernière fois. Et si possible, arrange les choses avec ceux qui étaient concernés.

Si tu es fauché, tu es fauché. Il est inutile de se mentir à ce propos. Mais c’est ce que tu penses de cette situation qui régit ta façon de ressentir le fait d’être fauché. Ce sont tes paroles à cet égard qui dictent combien de temps tu resteras fauché. Ce sont tes actions qui créent ta réalité à long terme. La première chose qu’il faut comprendre c’est qu’aucune situation n’est bonne ou mauvaise. Elle est, tout simplement. Alors, cesse de poser des jugements de valeur. La deuxième chose à savoir, c’est que toutes les situations sont temporaires. Rien de reste statique. De quelle façon une chose change, cela dépend de toi.

L’amour parfait est au sentiment ce que le blanc parfait est à la couleur. Le blanc n’est pas l’absence de couleur, mais la somme de toutes. L’amour n’est pas l’absence d’émotion négative ou positive, c’est la somme de tous les sentiments. Le total, l’agrégat. Pour faire l’expérience de l’amour parfait, l’âme doit faire l’expérience de tous les sentiments. Comment puis-je pardonner à un autre ce que je n’ai jamais ressenti moi-même ? Le but de l’âme est de tout ressentir, afin d’être tout cela.

L’âme réalise que la grandeur n’existe que dans l’espace de ce qui n‘est pas grand. Donc l’âme ne condamne pas ce qui n’est pas grandiose, mais le bénit, en y voyant une part d’elle-même qui doit exister pour qu’une autre part d’elle-même se manifeste.

La guérison est un processus qui consiste à tout accepter, puis à choisir ce qu’il y a de mieux.

Ton âme cherche à ressentir le sentiment le plus élevé, à être l’amour parfait. Elle EST l’amour parfait, et elle le sait, mais elle veut en faire l’expérience.

Il y a beaucoup de choses que l’on ne sait pas. Mais on sait tous une chose : on est mauvais. C’est pour cela que l’on cherche à s’améliorer. C’est bien, c’est la même destination, mais il y a une voie plus rapide. Cette voie, c’est accepter qui et ce que tu es maintenant, et de le montrer.

La vie est une création, et non une découverte. Voilà pourquoi comment ça fonctionne :
1/ Je t’ai créé à l’image et à la ressemblance de Dieu
2/ Dieu est le créateur
3/ Tu es un être trois en un. esprit, corps, âme
4/ La création est un processus qui se déroule à partir de ces 3 parties du corps, sur ces 3 niveaux. Les outils de la création sont : la pensée, la parole, l’action.
5/Toute création vient de la pensée, passe par la parole et s’accomplit par des actions.
6/ Ce que tu penses seulement crée à un certain niveau. Ce que tu penses et dont tu parles crée à un autre niveau, ce que tu penses, dont tu parles et que tu fais se manifeste dans la réalité.
7/ Il est impossible de penser, dire et faire une chose à laquelle tu ne crois pas vraiment. Donc le processus de création comprend la foi, ou la connaissance. C’est la foi absolue, c’est le fait de savoir une certitude. Donc la partie « faire » de la création comprend toujours la connaissance. C’est une intuition claire, une certitude totale, une acceptation complète de quelque chose en réalité.
8/ Cet espace de connaissance est un espace d’incroyable gratitude. C’est le fait d’être reconnaissant à l’avance. Voilà la plus grande clé de la création : être reconnaissant avant la création, et pour elle. Il faut prendre la chose pour acquise, c’est le signe infaillible de la maîtrise.
9/ Célèbre et apprécie tout ce que tu crées ou as créé, car ce sont des parties de toi. En rejette une partie, c’est te rejeter toi-même.
10/ s’il y a un aspect de la création que tu n’apprécies pas, bénis-le, et change-le. Fais un nouveau choix, proclame une nouvelle réalité. Fais quelque chose de neuf. Interpelle le monde, dis-lui « je suis la vie, suivez-moi ».
Voilà comment manifester la volonté de Dieu « sur la terre comme au ciel ».

La première façon de faire « décoller ta vie » est d’y penser de façon très lucide. Penses à ce que tu veux être, faire et avoir, penses-y souvent jusqu’à ce que ça soit très clair pour toi. Alors, quand ce sera très clair, ne pense plus à rien d’autre. N’imagine aucune autre possibilité.

Délaisse tous les doutes. Rejette toutes les peurs. Entraîne ton esprit à s’accrocher à la pensée créative originale.

Fais des affirmations du type « je suis ». « Je suis » est l’affirmation la plus créatrice de l’univers. Tout ce que tu penses ou dis après « je suis » déclenche des expériences, les invoque, te les amène. L’univers ne connait aucune autre façon de fonctionner. Il ne sait prendre aucune autre route. Il répond à « je suis » comme le génie de la lampe. NOTE : les affirmations « je suis » font partie des outils puissants utilisés dans les programmes 10 JOURS et VISU.

Harnacher tes pensées, exercer un contrôle dessus n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît. C’est une question de discipline et d’intention. La première étape consiste à observer tes pensées, à penser à quoi tu penses. Lorsque tu te surprends en train d’avoir des pensées négatives, repenses-y ! Je veux que tu le fasses littéralement. Si tu as l’impression de broyer du noir, d’être dans de beaux draps et de ne rien pouvoir en tirer de bon, repenses-y. Tu peux t’entrainer à le faire. Vois comme tu t’es entrainer à ne pas le faire.

L’illumination, c’est de comprendre qu’il n’y a nulle part où aller, rien à faire et personne à être sinon précisément celui que tu es maintenant.
Ce que l’illumination te demande de faire, c’est de connaitre quelque chose dont tu n’as pas fait l’expérience et, par conséquent, d’en faire ainsi l’expérience. Connaitre ouvre la voie à l’expérience, et tu t’imagines que c’est l’inverse.

La passion est l’amour du faire. Faire, c’est être de façon expériencielle. Mais ce qui vient habituellement avec le faire : l’attente. Vis ta vie sans avoir d’attente, voilà la liberté.

L’homme a souvent l’impression d’avoir besoin d’un retour sur investissement. Si on aime quelqu’un, c’est bien, mais il nous faut recevoir de l’amour en retour. Ce n’est pas de la passion, c’est avoir des attentes. C’est l’une des plus grandes sources de malheur de l’homme.

Ne résiste jamais à rien. Si tu crois pouvoir l’éliminer par ta résistance, repenses-y. Tu ne fais que l’implanter plus fermement. Toute pensée est créative.

Si tu ne veux pas quelque chose, pourquoi y penser ? N’y pense plus. Et si tu ne peux pas t’en empêcher, alors ne résiste pas, et regarde ce que c’est. Accepte que ce soit toi qui as créé cette réalité, puis choisi de la garder ou non.

Tu ne peux renoncer à rien, car ce à quoi tu résistes persiste. Ne renonce pas, mais fais un choix différent. C’est l’acte d’aller vers quelque chose, et non pas de s’éloigner de quelque chose.

Le but de la vie n’est pas d’aller quelque part, mais de remarquer que tu y es déjà et y as toujours été. Tu es, toujours et à jamais, à l’instant de la création pure. Le but de la vie est de créer celui et ce que tu es, et d’en faire l’expérience.

Ce qui arrive, c’est ce qui arrive. Ta façon de réagir à ce qui arrive, c’est une autre histoire.

C’est vrai, le saint « souffre en silence », mais cela ne veut pas dire qu’il soit bon de souffrir. Ils comprennent que souffrir n’est pas a voie de Dieu, mais plutôt un signe qu’il reste quelque chose à apprendre sur la voie de Dieu, quelque chose à se souvenir.

Le Maitre véritable ne souffre pas en silence, il souffre sans se plaindre, car il fait l’expérience d’un ensemble de situations que vous qualifieriez d’insupportables.

Si le Maitre ne parle pas de souffrir, c’est qu’il comprend clairement le pouvoir de la parole, et choisit de ne pas en dire un mot.

Nous rendons réel ce à quoi nous portons de l’attention.

Ce sont vos jugements qui vous tiennent à l’écart de la joie, et vos attentes qui vous rendent malheureux.

Ta tâche consiste à les (tes enfants) rendre indépendants, à leur enseigner comment se débrouiller sans toi. Tu ne leur rendras service qu’au moment où ils s’apercevront que tu ne leur es pas nécessaire. Ne cherchez pas à faire de votre amour une colle qui attache.

Tu obtiens toujours ce que tu crées, et tu es toujours en train de créer. Si tu n’aimes pas ce que tu viens de créer, choisi à nouveau. Ta vie est toujours le résultat de tes pensées à son égard, y compris la pensée créative selon laquelle tu obtiens rarement ce que tu choisis.


À ce stade, nous en sommes à peu près à la moitié du Tome 1. A suivre …

Add a comment

Comment es-tu devenu coach ?

Pendant ces 5 années que j’ai passé à patauger dans la création d’entreprise, à perdre de l’argent et à chercher « ma voie », j’ai moi-même été coaché pendant plusieurs années. Le jour où j’ai commencé à coacher des amis qui me demandaient de l’aide, j’ai eu un premier indice. Plus tard, à l’occasion d’un coaching, j’ai ouvert les yeux : mon avenir professionnel sera d’aider les gens à être plus heureux. La décision fût prise : désormais, je suis coach.

Qui es-tu ?

Autodidacte, c’est grâce à un parcours personnel « chaotique » que j’ai pu découvrir ma véritable valeur et mon identité, enfouies sous des années de croyances et de blocages. Lorsque j’ai découvert le pouvoir de la conscience, tout a changé. Aujourd’hui, tout ce que j’enseigne, je l’applique quotidiennement avec succès dans ma vie. Je m’applique, par mon attitude, à inspirer à vivre en conscience, libre de l’emprise de l’égo.

Le cabinet

16 chemin des oiseaux
38120 St Egreve
accès : voir sur Googlemap plan-séance-coaching-de-vie
@ : cedric@elevezvotrevie.fr
Suivez-moi : Youtube | FacebookGoogle +  –  Copyright © 2015 Cedric Essermeant, SASU Diamant Terre – Tous droits réservés – CGV
HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com